Verdict : 84/100

Devolver Digital a décidé de gâter les joueurs Nintendo Switch cet été en sortant plusieurs de ses jeux sur la console hybride. Nous avons déjà passé en revue certains d’entre eux, Minit, Crossing Souls ou encore Enter The Gungeon. Nous allons aujourd’hui nous pencher sur Not A Hero : Super Snazzy Edition qui est à peu près aussi nerveux que le dernier de la liste.

Votez BunnyLord !

Bunny Lord est un lapin anthropomorphe qui revient du futur pour établir un but simple : devenir Maire. Cependant, ses convictions vont plus loin que notre cher José de Scènes de Ménages et il faudra faire nettoyer la ville en vidant vos chargeurs sur de nombreux détracteurs. Le grand chef violet vous donnera des ordres de missions comme récupérer ses carottes pour plaire aux enfants qu’il déteste tant, tuer un enquêteur qui a des informations compromettantes ou encore l’amener voir le chef de la mafia locale pour l’éliminer de ses propres mains.

Les objectifs sont basiques et répartis en 21 niveaux eux-mêmes divisés en trois mondes mais l’intérêt du jeu réside essentiellement dans sa nervosité. Votre personnage, que vous pourrez choisir entre neuf – quand vous les aurez débloqués en réussissant des missions et en gagnant en côte de popularité – peut courir, tirer (Y), recharger son arme (A) mais surtout utiliser un dash (B) qui lui permettra de renverser ses ennemis, atteindre des immeubles voisins après avoir défoncé une vitre mais aussi se mettre à couvert derrière certains éléments de décor. Cette technique est vitale et demande plus d’entrainement qu’il y en l’air.

Visez, tirez, rechargez

Les niveaux du jeu se suivent et se ressemblent, on se trouvera dans immeuble dans lequel il faudra naviguer via les escaliers ou en sautant entre les étages à travers les baies vitrées. Le fun ne vient pas de là. Il vient de la diversité de contrôle des personnages qui ont chacun des caractéristiques de portée de tir, vitesse de rechargement et capacité à faire plusieurs choses en même temps. On s’amuse aussi beaucoup parce qu’il faut faire des choix stratégiques rapidement sur le champ de tir et que l’on peut mourir à tout moment mais aussi reprendre la mission aussi vite.

Les ennemis sont aussi impitoyables qu’ils sont variés, certains vous stoppant avant que vous puissiez les renverser et d’autres vous repoussant avec des projectiles explosifs. Tout se finit de toute façon de la même manière, dans un bain de sang pixélisé. Tout va très vite, il faut trouver des parades rapidement, ne pas rester à court de munitions et penser à récupérer quelques armes secondaires comme des grenades, des tourelles, des chats entourés d’explosifs ou encore de balles qui explosent au contact des protagonistes. Tout est fait que l’on prenne un malin plaisir à tout faire exploser et ça fonctionne vraiment.

Une ambiance politiquement incorrecte

Le clan de BunnyLord n’utilise pas des méthodes orthodoxes pour régler ses problèmes, ça ne nous surprend donc pas que les héros aient un langage très fleuri (en anglais) qui fait la part belle aux gros mots et à la moquerie. On est ici dans un gros défouloir qui laisse les conventions à la porte et nous porte dans un joyeux bazar sanglant et explosif.

Les animations des personnages en pixelart sont hyper détaillées malgré leur petite taille et on s’amuse de voir le manteau de Samantha voler derrière elle comme une cape ou encore le déhanché constant de Jesus. L’histoire de BunnyLord (contée en français) tire vraiment vers l’absurde mais ce n’est pas un problème, on est là pour exploser des méchants et c’est ce que le jeu nous offre. La difficulté des niveaux est croissante avec une augmentation franche à partir du deuxième mais surtout du troisième chapitre. Chaque niveau renferme des défis annexes comme tuer 12 ennemis en moins de 10 secondes ou voler toutes les tortues du niveau. Certains vous forceront à ne pas prendre le chemin le plus court vers l’objectif principal mais c’est toujours plaisant de réussir des quêtes sans intérêt. La campagne supplémentaire incluse dans cette Super Snazzy Edition est un peu courte mais permet de jouer avec BunnyLord en personne, ce qui est tout aussi sympathique que les autres.

Notes

Gameplay
Graphismes
Histoire
Intérêt

Conclusion

Not A Hero : Super Snazzy Edition est un jeu d’action-plateforme dans lequel on ne peut pas sauter mais où beaucoup de cervelles le feront à notre place. Vous l’aurez compris, il faudra tirer dans le tas, éliminer les ennemis, récupérer des objets et atteindre la sortie en un seul morceau pour servir la cause de BunnyLord. Avec ses trois chapitres et son aventure supplémentaires, le jeu vous gardera en haleine dans son joyeux défouloir pendant de longues heures ou en courtes sessions selon vos envies. La vitesse de l’action en fait un shooter nerveux qui rend la réussite d’un niveau hautement jouissive.

Review réalisée sur la version 1.0.1 gracieusement fournie par Devolver Digital.

Not A Hero : Super Snazzy Edition est disponible sur l’eShop de la Nintendo Switch depuis le 02/08/2018 pour 12,99€ (11,04€ si vous possédez déjà un autre jeu Devolver Digital).