Il y a quelques semaines, j’ai écris un article pour faire part de mon avis, en tant que « modeste joueur », sur le dernier opus de Zelda.

Aujourd’hui, je vous propose de suivre celui de joueurs confirmés, les animateurs de l’émission radio et podcast La Voie du Geek. Je ne saurais que trop vous conseiller d’écouter leur épisode Spécial Zelda Breath of the Wild (S5E026) où l’on devise dans une ambiance bien sympa de cet opus qui a fait la presque unanimité de l’équipe.

Podcast La Voie du Geek ZELDA BREATH OF THE WILD S5E026

Je me suis permis, avec leur accord, de faire un résumé de cette émission afin de présenter leur avis sur le jeu mais aussi sur la Switch.

Jouer à Zelda sur la Switch

En plus d’être une bonne console de salon, elle fonctionne particulièrement bien en mode nomade : jouer à Zelda partout est un véritable plaisir. Le seul bémol est la béquille qui ne permet pas de jouer de manière confortable dans les transports et notamment dans le train ; il suffit alors de jouer en mode nomade directement sur la tablette. Évidemment, il est possible qu’on vous regarde bizarrement dans le bus et la console reste fragile : à mon sens une housse de protection est nécessaire.

Il y avait un petit défaut de framerate qui a été réglé fin mars par une mise à jour du jeu.

Ce jeu avait été crée pour la Wii U, ce que l’on comprend aisément en jouant avec la tablette Sheika de Link (elle a le look et la taille de la tablette Wii U). On ne peut que saluer la maîtrise de Big N qui a su faire de ce portage un atout pour le jeu en utilisant tous les gadgets de cette console simple mais efficace (gyroscope, possibilité de jouer en mode nomade ou TV…). Il tourne évidemment bien mieux sur la Switch et apporte une meilleure expérience de jeu que sur la Wii U.

Certains disent que la définition du jeu n’est pas idéale sur le mode télé, mais ce n’est pas gênant du tout pour des joueurs très réguliers.

Si graphiquement la console n’est pas la plus puissante, on se sent vraiment dans un dessin animé produit par les plus grands noms japonais.

Ce jeu pourra justifier l’achat de la console, sauf si vous avez déjà la Wii U et que vous n’avez pas le budget rééquipement ; et bien entendu si vous comptez acheter d’autres jeux sur cette console.

Les (petits) défauts de Zelda BotW

Ce qui peut être un défaut pour les uns sera peut-être un avantage pour les autres. Cet avis sera forcément partial. De plus, certains des aspects négatifs peuvent aussi s’avérer présenter une seconde facette.

Les objectifs principaux

Parmi les testeurs de l’équipe La Voie du Geek, il y a deux types de joueurs :

  • ceux qui suivent tous les objectifs dans le seul but de poutrer Ganon
  • ceux qui suivent le moindre papillon et s’amusent d’un rien !

Comme vous le comprendrez, il est très facile de ne pas suivre les objectifs et de se disperser dans tous les sens. Ainsi, un jeu que vous pourrez faire en 60 heures se fera en 200 h. Cet inconvénient est également un avantage pour ceux qui veulent profiter pleinement de l’expérience ^^

À titre d’exemple, un des joueurs du podcast a battu Ganon en une cinquantaine d’heures de jeu. Il a en parallèle finalisé à peu près 75% du jeu. Me concernant (joueur lambda) en 60h, je suis à 20/30% du jeu…

Les aspects négatifs du Gameplay

L’utilisation de la manette peut parfois s’avérer complexe. Il faut un certain temps pour en maîtriser toutes les arcanes. Par exemple, 3 boutons pour accélérer c’est un peu trop. L’aspect positif est que l’on peut vraiment exécuter un très grand nombre d’actions.

Quelques thèmes de la BO

La bande son est très moderne et diversement appréciée, notamment sur le thème des gardiens/de la plaine qui devient vite assez horripilant de l’avis de certains. Là aussi, c’est un défaut minime tant il y a de nombreux thèmes.

Autre point, la BO n’est pas aussi présente que dans les opus précédents. On reviendra ci-après sur les autres aspects de cette bande son.

Il nous faut des armes, des armes et encore des armes …

Le système des armes cassables peut lasser un certain nombre de joueurs. Heureusement, elles sont disponibles partout.

Il en est de même pour toutes les récompenses qui sont difficiles à obtenir : on court après la bouffe, après les pierres, après les pièces de machines, après les chevaux, après les Sanctuaires… mais la difficulté rend également le jeu plus intéressant.

Comme indiqué en préambule, chaque point négatif a son coté opposé. Par exemple pour les armes, il y a toujours moyen de récupérer de l’équipement correspondant au niveau du boss ou des méchants.

Un niveau de jeu élevé

Il est important de souligner que les joueurs pro de La Voie du Geek ont trouvé ce jeu assez difficile, notamment au regard des autres opus de Zelda (dont ils ont d’ailleurs fait un historique très intéressant).

Toutefois, ils ont tous été emballés.

Cet avis rejoint celui que j’avais émis dans mon précédent article et qui disait :

Vous allez mourir. Beaucoup.

Les points qui rendent ce Zelda unique

Un tri dans les mécaniques classiques de Zelda

Les développeurs ont fait un tri dans les mécaniques classiques des Zelda et n’ont gardé que les plus intéressantes, afin de conserver la substantifique moelle. S’ajoute a cela un open world (monde ouvert) monstrueux dans lequel on évolue. En résumé, on garde ce qui fonctionne et on évolue considérablement sur le reste.

Un moteur de jeu très GTA mais pas que …

Et pour cause, le moteur physique de Zelda Breath of the Wild est le même que GTA ; il a été adapté pour les demandes spécifiques et les mouvements, notamment ceux de Link.

A été ajouté au moteur de jeu classique ce que les testeurs de La Voie du GeeK ont appelé le « moteur chimie » (l’utilisation des éléments). C’est ici particulièrement novateur dans les interactions avec l’environnement.