Verdict : 91/100

Oxenfree est un jeu d’aventure façon point and click, d’apparence classique mais qui cultive son originalité. Cela passe par une ambiance très soignée, des décors qui s’admirent telles des œuvres picturales, des personnages qu’on jurerait bien vivants et une ambiance sonore des plus immersives. En quoi ce jeu propose-t-il une recette qui lui est propre à partir d’ingrédients pourtant tous bien connus ?

Un groupe d’amis ouvre une faille spectrale dans ce thriller surnaturel.

Des adolescents sur une île inquiétante

Le personnage que l’on nous propose d’incarner, Alex, son meilleur ami Ren et son nouveau “frère par alliance” Jonas qu’elle vient juste de rencontrer, se rendent via le ferry sur l’île d’Edwards pour y rejoindre Clarissa et Nona en vue d’y passer une soirée entre ados. Ce lieu sera entièrement à eux pour la nuit, une fois qu’ils auront comme on le suppose, volontairement manqué le dernier ferry devant les ramener vers le continent, les parents, le lycée, bref tout ce à quoi ils tentent d’échapper, ne serait-ce que pour quelques heures. La rumeur prétend que des sons étranges, peut-être même venus d’ailleurs, parasitent les émissions radios aux abords de la plage de l’île. Voilà pourquoi ses amis ont convaincu Alex de prendre avec elle sa vieille radio. Après tout, l’île d’Edwards abrite une ancienne base militaire. Mais qui sait quels sombres secrets elle recèle vraiment ?

Une aventure minimaliste oppressante

Cette question trouvera sa réponse durant la nuit d’une façon qui dépassera de très loin tout ce qu’a pu envisager l’imagination du groupe d’ados ; La radio d’Alex sera la clé pour échapper aux phénomènes surnaturels terrifiants que les jeunes devront apprendre à décoder en même temps que le joueur pour espérer survivre à cette nuit d’épouvante.

Le gameplay d’Oxenfree est minimaliste. Sur Switch, on peut utiliser au choix la manette ou l’écran tactile, ce qui en fait la version la plus polyvalente. On conseillera toutefois de ne pas détacher les Joy-Cons si on veut y jouer uniquement à l’écran tactile car les vibrations HD sont un autre ajout majeur de cette version Switch. Elles renforcent l’immersion et accompagnent notamment chacune des anomalies hertziennes détectées par Alex.

Les décors prennent une place toute particulière tout au long de l’aventure ; on voit les personnages d’assez loin, ce qui permet juste de distinguer des silhouettes s’animant sur des paysages aux couleurs pastels.

Des choix spontanés

Les voix de nos héros, elles, se feront bien entendre. Presque constamment à vrai dire, car le jeu est entièrement doublé en anglais uniquement. Si la voix d’Alex peut vous sembler familière, c’est parce son interprète n’est autre qu’Erin Yvette, la comédienne incarnant Blanche Neige dans The Wolf Among Us.

Les personnages semblent vivants grâce aux dialogues naturels, quasiment sans pause marquée lorsque le joueur doit effectuer le choix de la prochaine réplique de notre héroïne. C’est un peu déroutant de prime abord mais répondre de façon spontanée fait partie intégrante du jeu. Une bonne connaissance de l’anglais est vivement souhaitable : les jeunes sont assez bavards et les sous-titres défilent assez vite à mesure que la tension monte dans le groupe. Ces jeunes ont en commun d’avoir un passé assez traumatique qui viendra au fil de la nuit se télescoper avec celui de l’île elle-même.

La musique, signée du compositeur de Sword & Sworcery EP, a des sonorités électroniques rappelant beaucoup celle de Stranger Things et plus généralement les années 80 sans que les événements du jeu ne soient pour autant datés précisément au cours de l’aventure. On précisera que la sortie originelle d’Oxenfree sur PC précède celle de la série culte de Netflix car les ressemblances ne s’arrêtent pas là.

Notes

Graphismes
Gameplay
Histoire
Intérêt

Bien qu’il faille le qualifier de point & click à dénouements multiples, Oxenfree ne propose pas vraiment d’énigmes ou de véritables puzzles à résoudre. C’est un jeu résolument narratif dans lequel la progression est assez linéaire et le challenge quasi inexistant. On ne peut pas non plus dire que la peur soit omniprésente. L’atmosphère est oppressante et mystérieuse à souhait mais les “jump scare” ne seront en principe pas de la partie. Oxenfree est un jeu d’une profondeur insoupçonnée, qui, pourtant, se boucle en seulement 4 ou 5 heures. Cependant, l’envie de refaire l’histoire en faisant des choix différents est grande, que ce soit pour découvrir toutes les fins alternatives ou pour retrouver des personnages auxquels on s’attache très facilement.

Oxenfree est disponible sur le Nintendo eShop à 19€99 depuis le 6 octobre 2017.

[NDLR : merci à oldkid Livegen pour sa review.]