Vous vous souvenez de Citra ? Cet émulateur lancé en 2014 et toujours mis à jour a rencontré un vif succès par sa qualité et sa transparence (ni publicité ni arnaque aux liens). Et bien, figurez-vous que l’équipe derrière Citra 3DS a officialisé le 14 janvier être en train de travailler sur un nouveau projet tout aussi excitant : un émulateur de la Nintendo Switch.

Un fork de Yuzu

Débuté au printemps 2017 par Bunnei (l’un des auteurs de Citra 3DS), Yuzu a été rendu public ce premier mois de 2018.

Nous vous annonçons l’arrivée prochaine de Yuzu, le premier émulateur Nintendo Switch qui fait tout à votre place.

Le projet open-source sous licence GPLv2 réunit plusieurs développeurs de l’émulateur 3DS, et pour cause : Yuzu est en fait un fork de Citra grâce aux similitudes d’architecture trouvées entre les consoles 3DS et Switch. Pour le moment, le build ne permet pas de jouer à un jeu commercial proposé sur la Nintendo Switch. L’émulateur peut lancer certains titres mais les résultats sont variables et aucun affichage 3D n’est encore possible faute de support GPU, l’émulation de la console hybride étant un processus lent et complexe.

Alors que le développement de Yuzu progresse bien, l’émulation Switch reste très complexe. Faire tourner les jeux est l’une des priorités de l’équipe.

Codé en C++ à l’instar de Citra, Yuzu en est encore à un stade expérimental et reste destiné à des experts en rétro-ingénierie informatique et développeurs de homebrew ; il permettra dans un avenir proche de jouer à des jeux Switch depuis son ordinateur. D’ailleurs, l’émulateur se veut axé sur le multiplateforme : des versions de Yuzu déjà disponibles en téléchargement sont proposées sur les systèmes d’exploitation majeurs, à savoir les OS Windows, Linux et Mac.

Si vous voulez savoir d’où vient le nom du projet, Citrus junos ou yuzu (du japonais ユ ズ) est le nom d’un agrume utilisé dans la cuisine asiatique. Le choix de cette appellation pour désigner l’émulateur est avant tout un clin d’œil aux développeurs à l’origine de Citra.

Réel challenge pour les développeurs d’émulateurs

Si la notoriété de Nintendo n’est plus à faire, il est aussi vrai que chaque console de Big N a eu droit à son émulateur : NES, Nintendo 64, GameCube, 3DS ou encore Wii U… Le challenge pour les développeurs est de taille à chaque sortie avec un nouveau défi à accomplir : faire tourner les jeux de la console en dehors de l’écosystème Nintendo. L’envie est d’ailleurs compréhensible : qui n’aimerait pas pouvoir jouer à Super Mario Odyssey ou Xenoblade Chronicles 2 sur son ordinateur ?

Pourtant, le défi est vraiment de taille. Il s’agit pour la team Yuzu de comprendre le fonctionnement du processeur Nvidia Tegra T210 sur base ARM afin de pouvoir exécuter les jeux Switch sur une architecture x86, le standard de nos ordinateurs, le tout sans aucune documentation et en contournant toutes les protections mises en place. En bref, le défi de cette émulation est titanesque (convertir du code ARM sur x86) et nécessitera encore beaucoup de travail pour être pleinement fonctionnel chez les utilisateurs lambdas comme vous et moi malgré l’aide d’autres hackers comme la team ReSwitched, d’autant que les développeurs de Yuzu financent ce projet grâce aux dons.

Émulation légale et supports illégaux

En France, l’émulation est légale même si elle demeure controversée : réussir à émuler une console Nintendo peut sous-entendre que des secrets de fabrication et des brevets ont été acquis illégalement afin de réussir l’émulation.

Reste que la pratique de l’émulation est tolérée si vous récupérez les jeux de vos propres médiums (disques, cartouches). Autrement dit, vous pourrez jouer à des jeux Switch sur l’émulateur Yuzu si vous possédez le titre et que vous avez réalisé l’extraction du contenu. Dans le cas contraire – notamment si vous récupérez vos roms sur le web en téléchargement, vous êtes dans l’illégalité.

Depuis l’annonce du projet, l’équipe Yuzu a reçu de nombreux dons et beaucoup de soutien tout en démontrant le potentiel de leur outil d’émulation : ils ont réussi à faire fonctionner le titre Space Game via Yuzu. Cependant, aucune date n’a été avancée pour une version stable de l’émulateur, patience donc.

En attendant la suite du projet Yuzu ou des annonces côté jailbreak ReSwitched team (PegaSwitch), vous pouvez déjà tester Zelda Breath of the Wild sur Windows en 4k grâce à CEMU qui permet l’émulation du jeu Wii U.