Pendant longtemps, le plus grand rêve de l’homme fut de savoir voler, pouvoir rejoindre les oiseaux dans le ciel, se déplacer vers n’importe quel endroit très rapidement. Puis maintenant, ce  rêve est réalité mais, du coup, quel autre rêve nous reste-t-il ? Et si, en ayant atteint le ciel, notre devoir était maintenant de redescendre ? C’est en tout cas le concept que nous propose Human Fall Flat, un sympathique plateformer 3D.

Saut de l’ange

Human Fall Flat est un jeu assez simpliste. Votre but ? Trouver la sortie de chaque niveau, chaque level étant un petit puzzle semblable à un petit monde ouvert à la Super Mario Odyssey. Même si les niveaux ne débordent pas de contenu, ils peuvent mettre un certain temps à se terminer au vu de leur grandeur mais aussi par rapport aux contrôles du jeu.

Le titre propose en effet un contrôle quasi total de votre personnage (totalement personnalisable avec des petits vêtements que vous pourrez trouver cachés dans les niveaux). Vous vous dirigez grâce au stick directionnel et, avec les gâchettes, vous contrôlez les bras de votre personnage. Cela vous permet de vous accrocher à tout ce qui est possible, que ce soit pour grimper des montagnes, pousser des caisses, ouvrir des portes ou encore contrôler un boulet de démolition.

Les lois de la physique

Le jeu vous semble simple ? Ne vous laissez pas berner, Human Fall Flat base toute sa technique sur les “ragdoll”. Qu’est-ce que les “ragdoll” ? C’est une fonctionnalité basique des moteurs physiques qui consiste à laisser le moteur faire ce qu’il veut avec les objets à partir du moment où une collision à lieu. C’est normalement une méthode évitant aux développeurs d’avoir à développer une partie des animations personnage et cela a l’avantage de pouvoir être plutôt réaliste si l’effet est bien géré. On peut retrouver le principe des “ragdoll” dans The Legend of Zelda Breath of the Wild, par exemple lorsque Link où ses ennemis meurent ou chutent. En gros, dans les moments où le joueur ou l’IA n’a plus le contrôle.

Human Fall Flat a un système de ragdool assez exagéré qui lui permet d’être intéressant. Le joueur doit apprendre à jouer avec car chaque objet disponible est interactif et peut l’aider à sortir du niveau – mais aussi le bloquer.

Forcément, les interactions se réalisent avec les bras du personnage ; celui-ci est aussi affecté par les ragdoll si une collision se produit entre lui et un élément en mouvement. Cela créé le défi sur chaque niveau et toute la difficulté du jeu.

Des hauts et des bas

Le jeu, aussi bon soit-il, souffre malheureusement de quelques problèmes de chutes de framerate pouvant être assez violentes par moments. Cependant, cette version Switch nous offre la possibilité de jouer à 2 sur le même écran avec un Joy-Con chacun. C’est un mode multijoueur plutôt bien pensé et bien adapté au jeu, promettant quelques bonnes heures de rire. Du côté sonore, pas grand chose à redire : l’OST en elle-même n’est pas très marquante.

Notes

Gameplay
Graphismes
Rejouabilité
Intérêt

Conclusion

Human Fall Flat n’est pas un grand jeu mais un bon jeu indépendant. Le titre joue la carte de la simplicité sur son aspect graphique et ses contrôles mais démontre une grande diversité de part ses niveaux, la diversité des actions qu’il propose et la possibilité de pouvoir jouer à deux qui reste toujours drôle. Cependant, une fois les solutions trouvées, les niveaux ne proposeront que peu d’intérêt à être refait.

Human Fall Flat est disponible pour 14€99 sur l’eShop de la Nintendo Switch.

Test effectué sur la 1.2.0 du jeu offert gracieusement par Curve Digital.