Verdict : 85/100

La sortie de la Nintendo Switch a fait grand bruit et ce bruit résonne encore avec les sorties des blockbusters de Big N. Mais il existe un frémissement moins perceptible, un murmure nous venant de l’eShop, temple du jeu indépendant.

Nous nous pencherons plus spécifiquement aujourd’hui sur le shoot them up à défilement horizontal de Vertex Pop, Graceful Explosion Machine, exclusif à la Nintendo Switch.

Shoot them up orienté arcade et scoring

Nous embarquons à bord d’une vaisseau perdu dans une galaxie lointaine avec comme seul but survivre et rentrer à la maison.

Nous sommes propulsé au cœur de l’action dès les deux niveaux servant de tutoriel au cours desquels les premières formes d’ennemis nous sont présentées, ainsi que le panel d’armes à notre disposition pour les éliminer. On découvre donc un canon laser à courte-moyenne portée qui permet de mettre à mal les ennemis les plus petits en une seule touche.

Canon-laser de courte-moyenne portée

Surchauffe en cas d’utilisation excessive

Il a malheureusement une fâcheuse tendance à surchauffer si l’on s’attarde un peu trop longtemps sur le bouton de tir, nous laissant alors fort démuni sans aucune balle dans le canon. Il faudra donc canarder les vilains à bon escient et alterner avec les autres armes à notre disposition pour éviter les coups de chaud.

Le vaisseau est en effet également équipé d’une épée énergétik qui permet d’éliminer ou infliger des dégâts aux ennemis présents aux alentours proches de notre navette, cette arme est particulièrement utile pour se sortir de situations durant lesquelles le vaisseau est cerné de toutes parts.

Attaque 360° de courte portée

Peut aussi détruire les projectiles ennemis

Des missiles moyenne portée à tête chercheuse sont également à disposition pour faire le ménage à l’écran et se sentir un peu moins oppressé. Le faisceau sniper longue portée ultra puissant termine de parfaire l’arsenal embarqué par notre vaisseau et se révèle bien utile pour les ennemis les plus gros ou les plus belliqueux.

Faisceau laser de grande portée

Dégâts bonus quand un seul ennemi est visé

On comprend ainsi rapidement qu’il faut faire preuve de stratégie dans l’utilisation des quatre armes dont dispose notre astronef, les projectiles à faible portée sont les plus utilisés mais leurs acolytes donnent une profondeur au gameplay non négligeable.

Il faut veiller à la surchauffe tout en évitant toute collision avec les ennemis et garder un œil sur notre réserve de cristaux qui influe sur les trois armes les plus puissantes.

Ces cristaux jaunes sont libérés par les ennemis éliminés, absorbés par le vaisseau par contact rapproché et ont une durée de vie très limitée et sont donc perdus si l’on ne les ramasse pas. Si la jauge se vide complètement, il ne reste que les projectiles de base pour se défendre et la situation est alors souvent délicate.

Maniabilité au top et aspect stratégie addictif

Le vaisseau est dirigé classiquement grâce au stick gauche, la gâchette gauche (ZL) permet de se retourner horizontalement et chaque arme est affiliée à un bouton de face, bien que le jeu ne permette pas vraiment de laisser son esprit vagabonder ni de regarder le paysage, le mapping des armes aux boutons est retranscrit à l’écran pendant le jeu pour s’y retrouver. L’apprentissage se fait cependant très rapidement et les réflexes d’envoi de missiles ou de défense circulaire s’acquièrent dès les premières minutes de jeu.

Une technique d’évitement est également au programme grâce à la gâchette droite (ZR) qui permet de traverser une horde d’ennemis sans subir de dégâts, attention cependant à ne pas se ruer tout droit dans un projectile, ce qui entame la santé du vaisseau et après trois impacts sur la carcasse, il faut compter une vie de moins sur les trois à disposition et recommencer la phase entamée. A noter que l’on peut jouer avec un duo de Joy-Cons ou avec la manette Switch pro.

En effet, chaque niveau est divisé en trois phases, permettant de respirer un court instant entre les moments de shooting intense. Le jeu comporte trente-six niveaux, dont les deux tutoriels, à la difficulté progressive par le nombre des ennemis présents simultanément à l’écran ainsi que leur résistance à vos assauts et l’ajout de lasers mobiles ou non dans les environnements qui réduisent nos possibilités de fuite. Chaque ennemi a également un comportement différents, là où certains cherchent uniquement à entrer tranquillement en contact avec notre vaisseau, d’autres usent de projectiles plus ou moins nombreux et d’autres sont tout bonnement explosifs.

Il faut donc apprendre à combattre les différentes vagues d’ennemis et surtout toujours être prêt à adapter sa stratégie d’attaque. Ce challenge continu contribue à la réussite du titre qui nous garde en haleine au fil des niveaux. Un autre point qui sait rentre le titre addictif à souhait est son aspect scoring. Chaque réussite de niveau offre son tableau de score permettant d’évaluer notre performance. Celle-ci liée à notre dextérité puisque plus les ennemis sont éliminés à la chaîne, plus le multiplicateur de score augmente, il vaut mieux donc ne pas prendre le temps de traîner dans les zones libérés si l’on veut grimper dans le haut du classement.

Des points de style sont également attribués selon l’utilisation des armes annexes comme le faisceau sniper qui offre un bonus si est utilisé contre un ennemi unique, par exemple. On est donc encouragé à varier les plaisirs et à revenir dans les niveaux pour améliorer notre score. La durée de vie du soft est donc assez difficile à estimer puisqu’elle dépend de notre aptitude à débloquer les niveaux en nettoyant les différentes zones et aussi de notre envie de briller dans les classements en ligne.

Ambiance colorée aux sonorités électro qui donnent envie d’y revenir

Le soft propose également un mode défi qui sera débloqué pour chacune des quatre planètes du jeu après être venu à bout de l’ensemble des niveaux d’un monde. Dans ce mode défi, on peut soit s’attaquer au niveau Téléportation+ qui n’est autre qu’une reprise du principe du dernier niveau du monde en plus long et plus compliqué à terminer. On peut également se confronter à l’attaque de score qui est un mode infini de shoot où il faut bien gérer ses attaques et esquives pour faire grimper le multiplicateur et avec lui le score global.

L’ambiance visuelle du titre joue également un grand rôle dans l’envie que l’on a d’y replonger dès que l’on en a l’occasion. Les graphismes sont sobres et colorés, chaque monde baigne dans une teinte bien spécifique qui contraste toujours avec les couleurs du vaisseau ou des ennemis, ne gênant jamais à la lisibilité des éléments.

Il se passe souvent beaucoup de choses à l’écran entre les armes que l’on a à notre disposition, les tirs ennemis et les explosions engendrant une superposition de couleurs qui peut dérouter lors des premiers essais mais qui devient plaisante lorsque l’on s’est habitué à reconnaitre ce que l’on peut toucher et ce dont on doit d’éloigner à tout prix.

Malgré ce grand nombre d’objets simultanés à l’écran, le titre ne souffre d’aucune baisse de framerate et reste toujours très pêchu. Les designs des adversaires sont variés et la lecture de l’évolution de la situation au cours du jeu est aisée grâce à l’affichage clair qui reprend uniquement l’essentiel des points de vie ou du multiplicateur de score. Côté bande sonore, nos oreilles baignent dans une délicieuse ambiance électro du début à la fin de l’aventure et les bruitages des différentes armes se marient à la perfection avec la musique.

Notes

Gameplay
Graphisme
Intérêt

Conclusion

Vertex Pop nous livre un excellent shoot them up avec Graceful Explosion Machine qui sait ravir les plus intrépides chasseurs de classement ou les aventuriers de l’espace.

Il faut une bonne dose de doigté pour éviter les hordes d’ennemis et les quatre armes à notre disposition avec leur limitations propres offrent une profondeur tactique non négligeable et définitivement agréable.

Il ne faut pas longtemps pour comprendre les rouages du jeu (le test a été réalisé sur la version 1.0.2) mais le maîtriser sur le bout des doigts demande de l’entraînement. Mais si l’entraînement est aussi fun que l’est GEM, on en redemande volontiers.

Si l’envie vous prend de partir en voyage dans cet espace hostile mais terriblement addictif, le soft est disponible sur l’eShop Nintendo depuis le 6 avril 2017 pour 12€99.