Verdict : 94/100

Disponible sur Steam en early access depuis plus d’un an, Dead Cells fait son arrivée dans sa version finale sur Nintendo Switch pour le plus grand bonheur des amateurs de jeu d’action à génération procédurale. Développé par les français de Motion Twin, passons en revue ce petit bijou vidéoludique.

Vous êtes mort, renaissez maintenant

On ne va pas y aller par quatre chemins, vous commencez Dead Cells en apprenant que vous êtes mort et réduit à l’état d’amas de cellules. Ce gloubiboulga roule sa bosse jusqu’au corps d’un prisonnier sans tête et reprend un peu de poil de la bête. Il obtient évidemment la possibilité de se déplacer sur deux jambes et utiliser ses deux bras pour éliminer les ennemis. C’est là que commence le jeu. On tombe alors sur une épée un peu naze et une arme secondaire et on se retrouve au coeur de la prison où grouille des ennemis divers et variés.

Et on tape, tape, tape, c’est notre façon d’aimer zigouiller des zombies, archers et autres joyeusetés. En explorant les niveaux, on découvre ensuite des armes secondaires que l’on achète avec l’or récolté dans les niveaux et des améliorations qui nous permettent d’augmenter notre puissance de frappe en fonction des types d’ennemis. Le jeu s’adapte alors à notre style de jeu, que l’on soit plutôt agressif, défensif ou tactique, tout est possible pour tout le monde.

Un renouvellement incessant

Les niveaux sont générés presque aléatoirement, presque parce qu’en fait il s’agit ici d’un enchevêtrement de salles que l’on retrouve à chaque fois mais agencées dans un ordre différent. Il n’est donc pas question ici d’apprendre par coeur le chemin à suivre pour survivre mais plutôt repérer les ennemis, la meilleure façon de les éliminer sans prendre de dégâts et apprendre à esquiver. Le personnage peut en effet effectuer une roulade pour éviter les attaques adverses et c’est l’une des manoeuvres les plus importantes puisqu’une fois que vos points de vie sont épuisés, la partie s’arrête et le tout premier niveau s’ouvre de nouveau. Pas de sauvegarde possible de votre progression pour reprendre après votre première rencontre avec une élite ou un boss. Il faudra tout reprendre à zéro avec des armes de base et toutes les améliorations à trouver sur le chemin.

Cela peut paraitre ultra punitif mais en fait, on savoure l’expérience que l’on vient de vivre, on a appris sur notre personnage, sur les armes qui nous conviennent le mieux et on sait qu’au prochain run on ira plus loin. On a également rencontré l’alchimiste qui récolte les cellules des ennemis que l’on a éliminés pour nous offrir des améliorations. On sait aussi que des coffres secrets (ou maudits) sont encore à découvrir dans les mondes et qu’ils nous appellent pour un autre essai. Vous l’aurez compris, lorsqu’on se lance dans Dead Cells pour une petite partie avant de dormir, on se couche finalement beaucoup plus tard que prévu.

Un design de toute beauté

Dead Cells brille par son gameplay aiguisé qui répond parfaitement et offre une expérience jouissive mais aussi par son design vraiment magnifique. Tout en pixelart, les graphismes sont ultra détaillés et les effets de lumière sont tout simplement beaux. Les animations des personnages sont très fluides et on s’amuse vraiment à observer les attitudes des uns et des autres, pendant une fraction de seconde, il ne faudrait pas mourir pour cela non plus. Bien que l’on retrouve à chaque partie les mêmes environnements, la routine ne s’installe pas et on profite des chemins secrets, des portes cachant des trésors et de l’ambiance générale à chaque instant.

On voit que Motion Twin a pris le temps de peaufiner son jeu pour en faire un joyau de la scène vidéoludique. Comme le gameplay et l’ambiance visuelle ne suffisent pas à faire d’une pierre brute un bijou, le studio a choisi de créer une bande-son génial pour propulser Dead Cells au panthéon des jeux vidéo. En guise de cerise sur le gateau, le jeu fourmille de petits détails humoristiques comme pour dédramatiser le fait que de toute façon, vous êtes mort et allez encore mourir puis en redemander.

Notes

Graphismes
Gameplay
Rejouabilité
Intérêt

Conclusion

Dead Cells est un jeu d’action à génération procédurale qui offre une expérience vraiment unique par le fait que chaque nouvel essai, infructueux, nous donne simplement envie de réessayer. On apprend quel type d’arme nous convient le mieux, on aiguise notre stratégie et on profite du gameplay qui répond parfaitement. La profondeur du jeu est apportée par les améliorations que l’on peut débloquer à force de récolte de cellules d’ennemis et la variété dans les combats avec des adversaires de formes et de niveaux divers. Une excellente pioche pour les amateurs de défis, on vous lance d’ailleurs le pari, comme pour les Granola, de n’en faire qu’une partie. 

Review réalisée sur la version 1.0.0 gracieusement fournie par Motion Twin.

Dead Cells est disponible depuis le 07/08/2018 sur l’eShop de la Nintendo Switch pour 24,99€ (19,99€ jusqu’au 06/08/2018).