Verdict : 75/100

Vous serez nombreux à comparer Brawlout à la série Super Smash Bros pour sa sortie sur le Nintendo eShop de la Nintendo Switch, et vous aurez toutes les raisons du monde. Le manque d’un Smash Bros sur l’hybride de Big N et le gameplay similaire sont les atouts mis en lumière pour amener les adeptes du jeu de baston impatients de voir un nouvel épisode à craquer. Avec son casting restreint et son prix d’appel, voyons si Brawlout vaut le détour.

Une prise en main rapide

Lors de la première prise en main du jeu, on ne se sent pas perdu si l’on a déjà joué à une itération de la série Smash Bros. Que ce soit au niveau des contrôles, des règles ou des environnements, tout ou presque est identique à la licence Nintendo. Lors du premier passage dans le jeu, un tutoriel vous invite à appréhender l’attaque de base du bouton A, l’attaque spéciale du bouton B, les esquives grâce aux gâchettes et toutes les variantes possibles de mouvements du personnage lorsque l’on ajoute à tout cela l’orientation du stick gauche. Vous y apprendrez les techniques de bases du combat ainsi que quelques techniques avancées, notamment pour revenir en jeu lorsque votre ennemi à pris le dessus pendant un instant.

Les commandes sont donc basiques mais les enchaînements nécessaires pour gagner est décrocher la machoire de l’adversaire se doivent d’être extrêmement rapides. Dès lors que vous encaissez le premier coup, il faudra vite sortir une esquive et mettre dans le mille pour vous remettre en jeu. Plus vos coups atteignent la cible, plus le pourcentage de dégâts de votre adversaire augmente et plus loin vous pourrez le propulser grâce aux coups suivants. Cela jusqu’à l’envoyer tellement loin de la plateforme de combat qu’il n’en reviendra pas. Plus vous encaisserez de coups, plus votre barre de rage se remplira, une pression sur les deux gâchettes vous permettra de libérer tout cela et vous venger une bonne fois pour toutes.

Une maîtrise qui demande de l’entraînement

Même si les contrôles et le principe du jeu restent dans l’idée de ce que l’on connaît chez Nintendo, la grande différence réside dans l’absence de bouclier ou d’action de blocage des frappes adverses. Brawlout est donc accès presque uniquement sur l’attaque et cela rend l’ensemble extrêmement dynamique. Les boutons de votre manettes seront mis à rude épreuve avec toutes ses attaques et combos à mettre en place mais la satisfaction de voir disparaître l’ennemi à l’horizon n’en sera que meilleure. Les combattants sont au nombre de 8 lors du premier lancement du jeu, dont deux invités d’autres jeu indés – The Drifter de Hyper Light Drifter et Juan de Guacamelee. Il sera possible de débloquer d’autres personnages au cours du jeu mais ce ne seront au final que des versions alternatives des personnages de base. Et c’est là une des limites du jeu. Le nombre restreint de combattants ne permet pas une rejouabilité extrême puisque l’on aura vite fait le tour de leurs mouvements et capacités, elles-même parfois reprises d’un participant à l’autre.

L’intérêt de jouer avec tous les personnages dans les différents modes de jeu est donc limité mais le contenu à débloquer est tout de même intéressant si l’on accroche à l’univers. On gagnera donc en expérience dans le mode arcade dans les trois niveaux de difficultés pour augmenter les capacité du combattant et débloquer son arène lorsqu’il sera niveau 10. Il faudra tout de même pas mal de persévérance pour tous les faire évoluer et vous vous retrouverez donc longtemps avec uniquement trois environnements à utiliser en jeu libre ou en multijoueur.

Une réalisation aux petits oignons

Visuellement, et même lorsque l’on joue des matchs à quatre joueurs, les animations restent ultra fluides. Les environnements, parfois interactifs, sont très agréables avec des jeux de lumières qui donnent de la profondeur. On aurait aimé en avoir plus à disposition pour encore mieux varier les plaisirs mais ceux présents sont en adéquation avec les personnages proposés par Angry Mob Games. Les personnages et leurs différentes skins de couleurs offrent également un régal visuel. D’autant plus que leur animation est sans faille. Les seuls bémols à énoncer sont les quelques ralentissements que l’on peut rencontrer lorsque l’on envoie l’adversaire au plus loin du terrain de jeu.

La durée de vie du jeu sera énorme si vous accrochez à son visuel et son gameplay sans défense. Le store regorge de choses à débloquer en achetant les diverses piñatas contenant soit des personnages, soit des avatars ou d’autres bonus plus ou moins cosmétiques. Le mode solo de Brawlout vous tiendra en haleine si vous apprécier apprendre à maîtriser chaque personnage jusqu’à son plus haut niveau, vous offrant les stages dédiés par la même occasion. Si vous préférez jouer contre vos amis, le fun sera au rendez-vous, en duel ou jusqu’à quatre en local sur la même console. Le jeu offre également la possibilité de connecter plusieurs consoles Switch pour des bagarres en multijoueur avec chacun son écran. Et vous pourrez également montrer tous vos talents dans le mode multijoueur en ligne pour lequel il faudra tout de même une bonne connexion pour ne pas subir de lag et perdre la grande fluidité du jeu ainsi que le match.

Notes