Verdict : 75/100

La saga Assassin’s Creed faisait partie des licences dont les joueurs rêvaient d’avoir une adaptation Nintendo Switch. Ubisoft a choisi d’exaucer ce voeu en adaptant Assassin’s Creed III Remastered pour la petite hybride de Big N, nous offrant en plus du jeu titre, Assasin’s Creed Liberation HD. Voyons si ces deux jeux pour le prix d’un coup vous feront sauter de joie sur les toits de ce parkour historique.

Connor et les colons

L’histoire d’Assassin’s Creed III Remastered nous emmène en Amérique du Nord. On y incarne un amérindien nommé Connor qui partira à l’assaut de personnages de l’histoire américaine pour de bonnes raisons personnelles. L’histoire nous est contée clairement et en détails via de nombreuses cut-scenes qui donnent une bonne contenance au jeu. Le jeu ne débute cependant pas de suite avec notre valeureux héros.

L’introduction, d’une demi-douzaine d’heures tout de même, permet de poser le contexte de toute cette histoire mais sert également de tutoriel. Certaines phases de cette première partie font que l’on aurait envie qu’elle soit plus courte mais si vous vous lancez dans l’aventure Assassin’s Creed III Remastered, prenez votre mal en patience, la suite vaut la peine d’être jouée.

Notre cher héros explorera Boston, New York mais aussi une vaste zone sauvage nommée Frontière. Le terrain de jeu en ville est déjà énorme dans chacun des épisode de la licence d’Ubisoft mais cette zone boisée augmente encore les possibilités d’exploration. On y apprend à se déplacer avec grâce et équilibre, d’arbre en arbre en pivotant autour des troncs comme un danseur de ballet. Cet opus a revu les contrôles du personnage principal et offre une course libre beaucoup plus agréable avec une vraie sensation de liberté tout en gardant mieux le contrôle.

La forêt nous enseigne aussi à chasser, à l’aide de pièges, d’appâts ou grâce à notre arc ultra silencieux. Connor possède également une arme d’attaque depuis les hauteurs qui donne une réelle impression de force et qui ouvre le champs des possibles dans le jeu en ville. On pourra se poster tranquillement, armer notre dague, la planter dans notre cible et utiliser la corde pour ressentir cette puissance extrême.

Une vaste exploration

L’aventure de Connor nous entrainera dans une successions de missions dans la trame scénaristique au cours de laquelle il faudra se montrer discret pour atteindre nos objectifs. Le héros peut se cacher derrière des éléments du décor et dans les hautes herbes automatiquement (avec parfois quelques ratés…) pour contourner les ennemis contrôlés par une IA parfois tatillonne. Il faudra parfois recommencer quelques séquences parce qu’on a été repéré alors que l’on était bien caché mais les checkpoints sont suffisamment nombreux pour ne pas nous faire perdre trop de temps pour ces détails. Outre les phases lente d’approche, on trouve des phases de combat assez impressionnantes.

Il faut opter pour le bon timing pour déclencher les parades aux attaques des soldats ennemis puis asséner le coup final. L’époque dans laquelle baigne le jeu apporte son lot d’armes à feu, certes rudimentaires et à rechargement très chronophage, mais lors des attaques en groupe, on se retrouvera souvent à combattre quelques soldats au corps à corps pendant que les autres nous visent avec leurs mousquets. On pourra choisir un bouclier humain pour s’en sortir, emprunter une arme et l’utiliser en mêlée grâce à la baïonnette. Les sensations de combat sont excellentes et on apprécie vraiment ces phases pour leur dynamisme et la bonne maniabilité. Cet opus apporte la grande nouveauté des combats navals avec une maniabilité plutôt arcade. On prend plaisir à accoster, torpiller et vaincre à bord de ces grands voiliers. Ces activités apportent une variété très appréciable.

L’expérience d’Assassin’s Creed III Remastered est globalement très plaisante sur Nintendo Switch mais il y a un point qui fait tout de même débat : les graphismes. Si l’on compare cette version à celles portant le même nom sur PS4 et XBOX One, on voit clairement que la version hybride n’a pas eu droit aux améliorations de textures, de lumières ou de profondeur de champ. On a ici une version Wii U un peu boostée. Cela ne gène pas vraiment à l’immersion ou au fun procuré par le gameplay, mais on pourrait tout de même contester le nom du jeu qui n’a finalement pas grand chose de Remastered.

On rappelle donc que ce n’est pas un problème pour plonger au coeur du jeu et ressentir de bonnes sensations mais le marketing est tout de même trompeur. S’il y a un problème à soulever concernant le jeu, c’est plutôt au niveau du son. Celui-ci est compressé pour pouvoir tenir sur la cartouche de jeu, le rendant un tantiné sourd et ajoutant surtout un grésillement lors du lancement des cinématiques. Et dans un tel jeu, il y a beaucoup de cut-scenes. On espère que le studio trouvera rapidement une solution à ce petit désagrément.

Assassin’s Creed Liberation

Parlons également de la seconde aventure présente dans cet Assassin’s Creed III Remastered sur Nintendo Switch. Assassin’s Creed Liberation HD nous emmène dans le bayou de la Nouvelle-Orléans avec une héroïne aux multiples costumes. Le jeu avait été développé à la base pour la Playstation Vita et on sent d’entrée qu’il est calibré pour une console portable. On y retrouve les missions classiques, un peu d’exploration et les quêtes annexes, l’histoire n’est peut-être pas palpitante mais elle se laisse vivre aux côtés d’Aveline.

L’aspect du jeu est un peu plus rustique, dirons-nous. On sent que la résolution de base du jeu était limitée et on voit donc plus d’angles et beaucoup moins de finesse dans les décors. Là encore, rien qui empêche d’apprécier la liberté d’action du personnage principal mais le tout est un peu moins souple que l’aventure principale. On apprécie que le jeu soit tout de même inclus sans surcoût.

Notes