Verdict : 70/100

Évacuons tout de suite l’évidence : Blossom Tales est un Zelda-like ainsi qu’un hommage très appuyé à A Link To The Past. Si le jeu emprunte aussi quelques idées aux autres épisodes 2D de la série The Legend of Zelda, cette affiliation avec l’épisode Super Nintendo risque de vous frapper au visage dès les premières minutes de jeu.

The Legend of Zelda: Blossom Tales

Faut-il pour autant crier au plagiat ? Non, là où il y avait un boulevard pour réaliser un jeu sans âme, Blossom Tales parvient à emprunter quelques chemins de traverse. Dès les premières secondes de l’aventure, Blossom Tales joue carte sur table en ne cachant jamais sa source d’inspiration et en n’oubliant pas de s’incliner régulièrement devant son aîné. Pourtant, vous allez débusquer des quarts de cœurs, vous couperez de l’herbe pour y trouver de la vie et des rubis pièces, vous effectuerez une attaque circulaire en maintenant appuyé le bouton d’attaque et vous casserez des pots dans des maisons. La progression se fait au rythme des objets trouvés dans des donjons et vous retrouverez même la caméra en vue de dessus permettant de voir les quatre murs d’une même pièce. Rarement le terme Zelda-like aura été aussi justifié.

L’écart le plus important réalisé par le jeu vient de sa narration, car l’histoire est en fait racontée au coin de la cheminée par un grand-père à ses deux petites filles. Régulièrement, les scènes seront commentées par les deux enfants et leur grand-père leur permettra parfois d’influencer l’aventure, en choisissant par exemple quel adversaire le joueur devra affronter à certains moments clefs. Avec un tel procédé de narration, on ne serait pas étonné que le studio Castle Pixel revienne tôt ou tard avec une suite et on espère que les interventions des enfants offriront encore plus de variété.

Pour cette première aventure au royaume de Blossom, vous incarnerez Lily, une jeune princesse courageuse fièrement nommée Chevalier de la Rose, l’armée locale. Hélas, après une première mission de routine dans les bas-fonds du château, son père le roi est plongé dans un sommeil éternel suite à une manigance de son oncle, l’infâme mage Crokus.

Lily va alors traverser tout le royaume à la recherche de trois ingrédients permettant aux mages du château de réveiller le bon roi. Forcément, chaque ingrédient est caché dans une région qui abrite un donjon, dans lequel vous devrez triompher de vos adversaires et résoudre des énigmes avant d’affronter l’imposant maître des lieux qui protège l’objet de votre quête.

Le premier Zelda 2D de la Switch ?

Forcément, avec une telle progression et des mécaniques de gameplay déjà connues, on a parfois l’impression de revisiter un jeu auquel on aurait déjà joué il y a longtemps. Il faut dire que l’aventure proposée pourrait être le tronc commun de tous les Zelda en 2D. Aucun objet particulier n’est introduit pour donner un éclairage nouveau à certains éléments connus, comme le chapeau de The Minish Cap ou les instruments d’Oracle of Ages / Seasons. Et pourtant, il se dégage de Blossom Tales un charme qui fait mouche.

Cela vient peut-être de sa technique impeccable, puisque le jeu tourne à 60fps aussi bien en mode docké que portable et nous n’avons pas constaté de ralentissement particulier. Cela vient peut-être aussi de sa direction artistique, car même si nous ne sommes au niveau d’une création Nintendo, son pixel art est attachant et la bande son est soignée. Peut-être que cela vient de son ton, léger et joyeux. Cela vient peut-être aussi de sa gestion des munitions, simplifiée au profit d’un système d’endurance similaire à celui d’A Link Between Worlds. Reste que la petite dizaine d’heures nécessaire pour vivre l’aventure sera une petite partie de plaisir. Alors oui, l’univers ne vous marquera sans doute que très peu, et les mélodies – toujours agréables – ne vont pas vous rester en tête bien longtemps, mais rien ne semble être à jeter pour autant.

On apprécie d’ailleurs que Blossom Tales prenne toujours le temps de récompenser les joueurs curieux ou attentifs. Le royaume regorge de murs fissurés à faire exploser et pouvant débloquer des coffres. Le sol du royaume est jonché de zones à creuser à la pelle, pouvant vous offrir des potions de soin. En l’absence d’un véritable épisode 2D de la série Zelda sur Switch, Blossom Tales peut faire office d’introduction sympathique pour initier un jeune public à ce genre d’aventure. La difficulté, assez linéaire, devrait convenir à des enfants d’une petite dizaine d’années, d’autant plus que le jeu est intégralement traduit en français.

Notes