Verdict : 74/100

On dit souvent que la Nintendo Switch n’est pas assez puissante pour accueillir des jeux aux graphismes de grandes envergure. A la découverte des trailers de Planet Alpha, on pouvait être impressionné par le travail des graphistes. Voyons désormais si cette aventure vaut le détour ou s’il ne s’agit là que d’une belle illusion.

Un bien mystérieux début

Lorsqu’on commence Planet Alpha, on rencontre notre personnage, astronaute de son état. Celui-ci boite et on ne sait pas vraiment comment il est arrivé là ni comment il s’est blessé. Comme dans tout bon jeu de plateforme en scrolling horizontal, on pousse le stick vers la droite et on avance à travers la nature sauvage de cette étrange planète sur laquelle on se trouve. Après une attaque et un essai de mise à l’abris qui semble compromis, l’écran se fond au noir et lorsque l’image réapparait, notre personnage semble avoir retrouvé la forme.

On gambade alors gaiement toujours vers la droite en appréciant grandement les paysages qui s’offrent à nous. La végétation est colorée et luxuriante, des formes de vies ressemblant à des baleines flottent dans le ciel et on progresse tranquillement d’environnement en environnement. Notre personnage peut sauter entre les plateformes et grimper sur les tapis de végétaux plaqués sur les parois. Il peut également s’accroupir pour passer des passages étroits tel un spéléologue aguerri. Cette propension à se faire petit deviendra bientôt une seconde nature pour vous puisqu’il faudra bientôt se cacher dans les hautes herbes afin d’éviter les tirs de lasers de vilains robots envahisseurs.

De la ruse et de l’infiltration

Dépourvu de tout moyen de défense, votre seul allié sera votre sens de la ruse et votre curiosité pour trouver le meilleur chemin pour ne pas être tué. On peut également déplacer certains rochers ou objets marqués d’un losange. Ils nous serviront de tremplin pour atteindre une plateforme un peu trop haute ou encore de paravent pour passer inaperçu. Il faudra parfois aussi leurrer les ennemis pour qu’ils s’entretuent et ainsi dégager le chemin.

En avançant dans l’aventure, on découvre que l’on peut influencer sur le cycle jour-nuit avec les gachettes ZR et ZL. On apprendra, en subissant de cuisants échecs, à quel moment il est plus judicieux de progresser selon les situations. En effet certains représentants de la flore et de la faune locale ne s’épanouissent pas au même moment. Ainsi certaines fleurs s’ouvriront le jour pour vous offrir un abri et certaines autres pousseront plutôt la nuit.

C’est joli mais est-ce passionnant ?

Guidé uniquement par l’envie d’avancer vers la droite et de découvrir pourquoi on est là, il faut avouer que l’absence d’explications ou d’aide rend parfois le gameplay fastidieux. On progresse assez facilement dans les zones calmes mais les zones où le danger rode deviennent rapidement un cauchemar d’essais ratés avant de comprendre que ça ne sert à rien de vouloir forcer le passage, il faut rebrousser chemin et trouver une autre route. Le cycle des environnements vides à ceux qui vous tueront en une seconde continue inlassablement et on arrive parfois à se demander si l’on s’amuse vraiment.

Le jeu ne nous récompense jamais vraiment de nos efforts, à part par ses graphismes à couper le souffle avec une profondeur de champ très sympathique à la fois en mode portable qu’en mode tv. Alors est-ce là une raison suffisante d’aller au bout de l’aventure Planet Alpha ? On aura tendance à dire oui tout de même, malgré un sentiment de frustration qui prend rapidement le dessus sur l’appréciation du gameplay ou de l’ambiance. C’est dommage mais il manque un petit quelque chose pour en faire un grand jeu.

Notes

Graphismes
Gameplay
Histoire
Intérêt

Conclusion

Planet Alpha divisera la communauté des joueurs. Certains apprécieront son gameplay non guidé fait d’essais, d’échecs et de déduction de solution dans les puzzles et esquives des dangers; et d’autres se lasseront assez vite de mourir trop facilement et trop rapidement. Les phases d’exploration sont cependant plaisantes et on peut alors profiter pleinement des graphismes somptueux et incroyablement variés que proposent les développeurs. 

Review réalisée sur la version 1.0.0 gracieusement fournie par Team17.

Planet Alpha est disponible sur l’eShop de la Nintendo Switch depuis le 4 septembre 2018 pour19,99€ (16,99€ jusqu’au 11/09/2018).